Accueil arrow Récepteurs membranaires arrow Récepteurs à activité enzymatique arrow Tyrosine kinase
Activité Tyrosine Kinase Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Activité Tyrosine Kinase
EGFR
PDGFR
Neurotrophines-R

 

GENERALITES

 

Les protéines kinases ont un rôle clé dans l’activation des voies de signalisation initiées par des signaux extracellulaires. Elles peuvent être classées en en deux catégories selon les acides aminés qui leur servent de substrats :
- les protéines tyrosine kinases ayant comme substrats des tyrosines.
- les protéines sérine /thréonine kinases ayant comme substrats des sérines et thréonines.
Dans le présent chapitre seront traités les récepteurs à activité tyrosine kinase.

Dans le génôme humain on a décrit 90 tyrosine kinases dont 60 sont représentés par des récepteurs à activité tyrosine kinase (RTK). Les tyrosine kinases représentent environ 10 à 15% des gènes qui codent pour des protéines kinases.
Ces récepteurs ont un rôle fondamental dès le stade de la vie embryonnaire et au cours de la vie adulte dans de nombreux tissus et organes. Ils contrôlent des processus fondamentaux tels que: la prolifération et différenciation cellulaire, le cycle cellulaire, la migration cellulaire, la survie cellulaire, le métabolisme...
A cause de leur rôle dans la croissance cellulaire de nombreux RTK sont impliqués dans la manifestation ou la progression de nombreux cancers. C'est la conséquence de mutations activatrices du récepteur (gain de fonction du récepteur) ou de la surexpresssion du récepteur ou du ligand qui aboutiront à une stimulation excessive de la voie de signalisation.


Les RTK et leur voies de signalisation les plus étudiés sont :
- EGFR (Epidermal Growth Factor Receptor)
- PDGFR (Platelet-Derived Growth Factor Receptor)
- FGFR (Fibroblast Growth Factor Receptor)
- HGFR/SF (Hepatocyte Growth Factor Receptor/Scatter Factor)
- VEGFR (Vascular Endothelial Growth Factor)
- Neurotrophines-R
- IR (Insulin Receptor)
- IGF1R (Insulin-like Growth Factor Receptor)

Caractéristiques des RTK
- similitude structurelle: la plupart d'entre eux sont des monomères qui possèdent un domaine extracellulaire liant le ligand, un domaine transmembranaire et un domaine intracellulaire possèdant une activité tyrosine kinase intrinséque. Les récepteurs de l'insuline et de IGF1 ont une structure hétérotétramèrique.
- dimérisation des récepteurs monomèriques après liaison du ligand. Réarrangement de la structure quaternaire des récepteurs hétérotétramèriques (IR et IGF1R).
- activation du domaine tyrosine kinase et autophosphorylation de résidus tyrosines du domaine intracellulaire. C'est la conséquence d'un changement conformationnel du récepteur après liaison du ligand.

Ligands des RTK
L'ensemble des ligands des RTK sont regroupés sous le terme de facteur de croissance. En fait on doit distinguer trois grands groupes:
* facteur de croissance: stimule la synthèse protéique
* mitogène: stimule la production et/ou l'activité de molécules permettant la progression du cycle cellulaire.
* facteur de survie: prévient l'apoptose.
A noter qu'un facteur de croissance a très souvent deux ou trois de ces potentialités.
La nomenclature de nombreux facteurs de croissance a  été établie en fonction de critères qui faisaient référence, soit à la première action identifiée, soit à la cellule cible ou bien à son origine cellulaire. Ultérieurement, on s'est aperçu que la nomemclature ne pouvait plus être aussi restrictive car un même facteur de croissance agit  sur une très grande diversité de types cellulaires et il est très souvent sécrété par différents types cellulaires.

 




Dernière mise à jour : ( 11-02-2013 )
 
< Précédent   Suivant >